Un jour, un paralogisme : introduction

Aujourd’hui, je lance une nouvelle catégorie d’articles sur ce blog : « Un jour, un paralogisme ». Il va s’agir d’une série d’articles visant chacun à présenter un paralogisme. Qu’est-ce qu’un paralogisme ? En quoi va consister cette série ? Cet article d’introduction va répondre à toutes ces questions.

Qu’est-ce qu’un paralogisme ?

Un paralogisme est une « faute involontaire de raisonnement car se fondant sur des prémisses fausses » (1). Dit autrement, il s’agit d’un « raisonnement faux qui apparaît comme valide », y compris à la personne qui en est à l’origine (2). C’est un terme qui est très peu employé en dehors des cercles de la logique et de la philosophie. Il existe des paralogismes dits « formels » et d’autres dits « informels » (2), mais je ne vais pas entrer dans les détails afin de ne pas trop compliquer les choses. Je ne parlerai ici que des paralogismes informels.

Le terme « sophisme » est souvent substitué à celui de paralogisme. Pourtant, les deux mots ne veulent pas exactement dire la même chose. La distinction se situe dans l’intentionnalité, la volonté de l’auteur/trice. En effet, un « sophisme » est un raisonnement fallacieux, c’est-à-dire qu’il « est prononcé avec l’intention de tromper l’auditoire afin, par exemple, de prendre l’avantage dans une discussion » (3).

J’ai choisi d’utiliser plutôt « paralogisme » parce qu’il me semble important d’employer le terme le plus adapté, même si un autre lui est fréquemment substitué. Qui plus est, je préfère partir du principe que les personnes qui emploient un raisonnement faux le font involontairement, et non pour tromper. Préjuger l’absence de volonté permet d’éviter une discussion inconfortable sur les intentions des personnes, que l’on peut difficilement connaître.

Pour finir, il est important de noter qu’un raisonnement faux peut aboutir à une conclusion vraie : utiliser un paralogisme n’invalide pas nécessairement les conclusions que la personne en tire. Cependant, se rendre compte qu’une personne utilise un paralogisme permet d’invalider son raisonnement.

En quoi va consister cette série ?

Cette série visera à vous faire découvrir certains paralogismes souvent utilisés dans les discussions et débats sur le genre. Il ne s’agira en aucun cas de faire une liste complète de tous les paralogismes existants.

Les raisonnements faux sont légions, que ce soit sur Internet ou dans la vie de tout les jours. Certains paralogismes sont séduisants et passent pour de bons raisonnements aux yeux de tous et toutes. Plus ils sont couramment utilisés, plus il est facile des les croire logiques et de se faire avoir par eux.

Connaître l’existence d’un paralogisme, comprendre pourquoi il s’agit d’un raisonnement faux, permet de ne pas se faire embobiner. Cela permet aussi d’éviter d’employer soi-même des arguments erronés. Enfin, cela fait travailler l’esprit critique, ce qui ne peut faire de mal à personne.

Je ne publierai pas tous les jours, contrairement à ce qu’implique le titre de cet article. Néanmoins, j’essayerai de constituer progressivement une liste la moins érudite possible des paralogismes à connaître. J’espère que ces articles vous seront utiles !

Pour aller plus loin


Sources

(1) D’après le Trésor de la Langue Française informatisé (TLFi).
(2) D’après l’article Wikipédia sur le mot « Paralogisme ».
(3) D’après l’article Wikipédia sur le mot « Sophisme ».
Image photographie libre de droit libre de droit créée par lloorraa, postée sur Pixabay.


Une réflexion sur “Un jour, un paralogisme : introduction

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s