Little Miss Sunshine et la grille de lecture du genre

Little Miss Sunshine est considéré tant par la critique que par la majorité des spectacteur/trices comme un très bon film (voir par exemple son score sur Rotten Tomatoes). Et si, en plus d’être un excellent moment de cinéma, ce film nous donnait de multiples éléments à analyser en termes de genre ?

L’intrigue

Little Miss Sunshine est un film sorti en 2006(1). Classé à la fois dans les genres comédie et drame(1), il raconte quelques journées particulières que va passer la famille Hoover. Cette famille compte six membres : Olive (la petite fille), Dwayne (l’adolescent, demi-frère d’Olive), Shreyl (la mère d’Olive et de Dwayne), Richard (le mari de Shreyl, père d’Olive), Oncle Frank (le frère de Sheryl) et Grand-père (le père de Richard).
Autant le dire tout de suite, mon analyse nécessite de parler de ce que contient concrètement le film, donc si vous ne voulez pas vous faire spoiler, arrêtez-vous ici. Sinon, vous pouvez continuer.

L’histoire, les personnages et les thématiques abordées

Little Miss Sunshine raconte l’histoire de plusieurs rêves qui échouent. Voici une illustration de cette thématique centrale via chacun des personnages. J’ai mis en gras certains des sous-thèmes abordés par le film pour vous permettre d’en visualiser la variété.

  • Olive veut gagner un concours de beauté, Little Miss Sunshine. Elle s’est entrainée dur avec l’aide de son grand-père pour y arriver. Mais on va vite se rendre compte qu’elle ne peut pas gagner car elle ne cadre pas avec la mentalité et l’idéal de beauté très normé.es du concours.
  • Dwayne souhaite entrer dans l’Air Force Academy. Il s’est imposé un entrainement physique et psychologique intense tout en faisant vœu de silence depuis neuf mois. Cependant, il va découvrir qu’il est daltonien ce qui le disqualifie d’office pour l’Air Force Academy.
  • Sheryl espère avoir une famille heureuse, unie, solidaire et où l’on s’entend bien. Mais tout dysfonctionne : son frère a fait une tentative de suicide, lui et Richard se méprisent, Dwayne ne parle plus à personne, Grand-père se drogue, … Sheryl elle-même est en conflit permanent avec son mari. D’après Dwayne, cette famille n’est que « divorce, faillite, suicide ».
  • Richard escompte vendre le livre qui explique sa méthode en neuf points pour ne plus être un perdant et devenir un gagnant. Il a abandonné son travail pour cela, et il croit beaucoup à ses chances. Finalement, il apprend que son livre n’a pas convaincu et ne sera pas publié.
  • Frank, premier spécialiste de Proust aux USA, a tenté de se suicider après avoir été renvoyé de son travail et avoir appris que l’homme qu’il aimait était en couple avec son concurrent, le deuxième spécialiste de Proust. Pour ne rien arranger, son concurrent va publier un best-seller et va prendre la place de premier spécialiste. Frank va aussi recroiser son amant et se ridiculiser devant lui.
  • Grand-père se drogue à l’héroïne. Il a pour objectif de profiter de la vie exactement comme il l’entend. Mais il va mourir durant le voyage entrepris par les Hoover, ce qui met fin à son rêve.

Ça, c’est ce que l’on peut voir en général. Si on regarde les choses de plus près, ce film ne raconte pas seulement l’histoire de plusieurs rêves qui échouent : il s’interroge sur la notion même d’échec.

Le message du film (selon moi)

Une scène marquante de la fin du film montre Olive en train d’exécuter son numéro de danse sur la scène du Little Miss Sunshine. Ce numéro est perçu comme totalement inapproprié notamment parce qu’il a une forte connotation sexuelle. Même si le concours hypersexualise les petites filles, le numéro d’Olive choque une bonne partie de l’assistance. C’est son grand-père qui avait appris à sa petite-fille ces mouvements de danse, aussi Olive est à mille lieu de s’apercevoir que ceux-ci semblent déplacés à son auditoire. Au contraire, elle s’amuse beaucoup en exécutant sa danse.

Sa famille, qui n’avait jamais vu son numéro auparavant, constate avec gêne et avec une certaine forme d’admiration qu’Olive est en train de subvertir la norme. Mais alors qu’on presse Richard de demander à sa fille de sortir de scène, celui-ci choisit de ne pas écouter ce qui lui est ordonné et va danser avec elle. Le reste de la famille se joint à Olive au mépris des règles, des codes et des conséquences. Ils/elles finiront au poste de police mais seront relâché.es contre la promesse qu’Olive ne participera plus jamais à un concours de miss en Californie.

Bref, l’échec d’Olive au concours n’en est pas un ni pour elle ni pour sa famille, car il a permis aux Hoover de faire bloc autour d’elle et de s’éclater, de se lâcher. Olive est bel et bien allée jusqu’au bout de son rêve puisqu’elle a pu faire son numéro au Little Miss Sunshine avec le soutien de sa famille, qui a refusé qu’on lui nie le droit d’accomplir ce pour quoi elle s’était longuement entrainée.

Cette scène fait suite à une autre scène qui la précède de plusieurs minutes et qui me semble significative. Dans cette scène, Dwayne (qui est sorti de son mutisme) et Frank discutent sur un ponton face à l’océan. Dwayne explique à Frank qu’il voudrait pouvoir passer la période du lycée, ne pas avoir à la vivre. Frank lui répond que Proust, « un loser toutes catégories » avait conclu à la fin de sa vie que :

«  […] toutes ces longues années de souffrance avaient été les plus belles années de sa vie, qu’elles avaient fait de lui ce qu’il était et que toutes les années de bonheur avaient été une perte de temps, il n’avait rien appris. Alors, si tu t’endormais jusqu’à tes 18 ans, oh pense à toute cette souffrance que tu raterais. »

Ce à quoi Dwayne réplique :

« Il y en a marre des concours de beauté. La vie c’est qu’une succession de concours de beauté et rien d’autre. […] Et je m’en fous de l’Air Force Academy, parce que si je veux voler je trouverais toujours un moyen de voler. Il faut faire ce qu’on aime et le reste on s’en fout. »

Ces deux phrases résument selon moi très bien le sens de ce film, surtout avant la scène qui va suivre (décrite précédemment). Je vous cite à ce propos cet article du blog Cinésium qui, je trouve, conclue assez bien mon propos. Notez que j’ai corrigé l’orthographe, la grammaire ou la ponctuation au besoin :

« Cette morale répond au message individualiste d’une grande partie du film. L’individu est grand non en soi, mais quand il surpasse ses limites, quand il essaie de trouver des solutions pour être meilleur. Pas forcément le gagnant sur les autres, mais déjà sur soi.
En réalité, ce message avait déjà été donné par le grand-père. En effet, le grand basculement du film correspond à deux séquences dans lesquelles le grand-père, le marginal drogué viré de sa maison de retraite, va non pas consoler mais donner du sens à ce qu’ont entrepris son fils Richard et sa petite-fille Olive. Au premier, il reconnaît le mérite d’avoir essayé d’entreprendre, chose que lui n’a jamais pu faire. Il ne lui reproche pas son échec pour l’édition de son livre mais le félicite pour son courage. À la seconde, quand Olive a peur de perdre et donc d’être une perdante, il lui donne sa définition du mot perdant : « Quelqu’un qui a tellement peur de perdre qu’il n’essaie même pas ». C’est donc ce grand-père si original et si peu représentatif du modèle américain qui, au milieu du film, rappelle la définition du courage américain : « oser entreprendre, quitte à échouer ».

[…] C’est la mort du grand-père qui finira de fédérer cette famille, présentée dans un premier temps comme une addition de destins singuliers, et désormais unie dans un objectif commun, sans pour autant effacer les particularités de chacun. […]

Little Miss Sunshine est donc un film très malin mêlant des doses de subversions au regard du modèle américain, notamment en évoquant l’homosexualité, l’usage de la drogue et du sexe chez les personnes âgées. La critique du modèle visant à être un « gagnant » face aux « perdants » est assez efficace et correspond bien aux critiques que chacun est amené à faire de la société américaine telle qu’elle semble parfois se caricaturer. […] Mais si le film a eu tant de succès, c’est aussi parce que le message ne remet pas en cause les fondamentaux de la société américaine. Au contraire. Il vient les rappeler. Ce qui compte, c’est d’entreprendre, d’oser entreprendre. Mais surtout, et c’est un point souvent négligé notamment en France, la société américaine se reconnaît dans un destin collectif plus fort que ce qu’il pourrait paraître. […] »

J’ajouterai à cela que ce Little Miss Sunshine est une ode à profiter de la vie, à jouer avec les normes ou à s’en moquer, et à se soutenir les uns les autres.

Le genre dans Little Miss Sunshine

Après cette longue première partie –qui me paraissait nécessaire pour en arriver à celle-ci– je voulais vous parler de ce que la grille de lecture du genre nous permet de voir en plus dans ce film. Je parle de grille de lecture alors que d’autres parleront de « lunettes de genre » car je ne pense pas que l’on puisse vraiment enlever ces « lunettes » une fois qu’elles sont mises ; c’est plutôt une opération définitive de la cornée à mon sens.

Pour illustrer ce que je veux dire en parlant de grille de lecture, je peux reprendre un exemple donné par une professeure à ma sœur : si vous entrez dans une pièce dont les quatre murs ont été peints de différentes nuances de gris (référence involontaire à Fifty Shades of Grey), vous ne verrez peut-être qu’une pièce peinte en gris. Une personne spécialiste des couleurs verrait la différence de pigmentation, saurait nommer les couleurs, pourrait dire si elles ont été bien positionnées vis-à-vis de l’orientation de la lumière dans la pièce, etc. Bref, cette personne verrait la réalité avec bien plus de détails que vous alors que vous regardez la même chose. Entrainer son œil à adopter des grilles de lectures, c’est entrainer son œil à voir la réalité plus en détail.

Ici, plutôt que de longs discours, je vais vous proposer des points sur lesquels vous pouvez diriger votre attention si vous (re)visionnez Little Miss Sunshine de façon à exercer votre œil à pratiquer l’analyse en termes de genre. Ces points ont vocation à fonctionner comme des pistes de réflexion sur le film. Vous pouvez aussi les appliquer à d’autres films, à d’autres supports ou à votre vie quotidienne pour certains d’entre eux.

  • Qui joue le rôle de tampon (« Personne qui joue le rôle d’intermédiaire (et souvent de médiateur) entre deux ou plusieurs personnes. »(2)) entre les différents membre de la famille ? Quel(s) personnage(s) recherche(nt) le consensus ? Quel(s) personnage(s) recherche(nt) le contraire ?
  • Comment se fait la répartition des tâches domestiques/ménagères dans la famille Hoover ? Qui s’occupe de quelle tâche ?
  • Quelle attitude a Frank vis-à-vis de sa tentative de suicide et de son état mental ? Comment les autres personnages y réagissent-ils ? Quels effets cela a-t-il sur Frank, et quelle ambiance cela crée-t-il ?
  • Quelle vision du monde est défendue par Richard ? A qui s’oppose-t-il au cours du premier repas, et pourquoi ? Que pensent les autres personnages de cette vision du monde et comment le manifestent-ils ?
  • Que dit Richard du poids d’Olive ? Quelles réflexions se fait Olive par la suite, et quelles sont les émotions associées ? Quels messages contraires véhicule le film au sujet de l’aspiration à la maigreur (notamment vis-à-vis de la glace au chocolat) ? Par l’intermédiaire de quel(s) personnage(s) et comment cela est-il fait ?
  • Quel sont les caractéristiques du métier que souhaite faire Dwayne ? Comment s’entraine-t-il pour y parvenir ? Qu’implique sont vœu de silence ? Qu’en disent les autres personnages ?
  • Qui travaille parmi les adultes de la famille (Sheryl et Richard) ? Quelle est la raison pour laquelle l’un.e des deux ne travaille pas ? Qu’est-ce que cela a comme conséquences dans le film pour ces deux personnages ?
  • Comment agit le grand-père vis-à-vis de ses deux petits enfants, Olive et Dwayne ? Quel message veut-il leur faire passer ? Quel statut différent incarne-t-il pour chacun de ses petits enfants ?
  • Que nous dit le film à propos de la sexualité en général ? Comment sont présentées les sexualités féminines et masculines ? Pour répondre à cette question, on peut s’intéresser au personnage du grand-père, notamment lors de la scène de son conseil à Dwayne (« Baise un max de gonzesses, t’arrête pas sur une seule femme : il faut s’en faire plein. »). On peut aussi s’intéresser aux différents moments du films dans lesquels les magazines pornographiques sont évoqués, en se demandant quels effets produisent ces magazines sur les personnages, sur l’histoire et pourquoi.
  • Pourquoi Sheryl ne peut-elle/veut-elle pas conduire le minibus ? Que se passe-t-il lorsqu’elle essaye de le faire ? Quelle réaction a Richard vis-à-vis de son échec ? Comment réagit-il lorsqu’il échoue à son tour ?
  • Lorsque la voiture ne peut pas démarrer, quels personnages la pousse le plus longtemps ? Autrement dit, dans quel ordre les personnages rentrent-ils dans la voiture ?
  • Comment l’homosexualité masculine est-elle traitée par les différents personnages ? Qu’est-ce que les différents points de vue sur la sexualité de Frank mettent en lumière ? Frank et son ancien amant sont-ils présentés différemment des autres personnages parce qu’ils sont gays ?
  • Qu’est-ce que les disputes et la violence dans le couple de Sheryl et Richard produisent chez les autres personnages et chez eux-même ?
  • Comment le médecin s’adresse-t-il à l’assistance sociale de la mort ?
  • Combien y a-t-il de personnages principaux femmes et hommes ? Combien y en a-t-il lorsqu’il s’agit de personnages secondaires ? Quel.les places/rôles/métiers ont-ils/elles ?
  • Quels sont les émotions exprimées par Dwayne lors de sa « crise » ? Comment agit-il vis-à-vis des autres ? Comment les autres personnages réagissent-ils vis-à-vis de lui ? Notamment, qui essaye de le consoler dans cette scène et dans les scènes qui suivent (jusqu’à la fin du film) ?
  • Lors du concours de beauté auquel participe Olive, listez ce qui choque Dwayne, Frank et Richard dans l’univers du Little Miss Sunshine. Quelles est la particularité des personnages principaux et secondaires qui constatent un problème avec ce concours ?
  • Comment sont habillées, maquillées et présentées les fillettes au concours ? Quels éléments mettent Olive en décalage par rapport à elles ? Plus largement, qu’est-ce qui met les Hoover en décalage par rapport à l’ambiance du Little Miss Sunshine ?
  • En tentant de vous mettre à leur place, listez tout ce qui rend le numéro de danse d’Olive inapproprié d’après le public du concours. Quels personnages secondaire réagissent différemment de la majorité du public, et pourquoi ? En vous plaçant maintenant du point de vue de la famille Hoover, listez les réflexions qui la pousse finalement à rejoindre Olive sur scène.

Et comme je suis sûre d’avoir oublié des points, n’hésitez pas à me proposer d’en rajouter d’autres. Bonne découverte ! 😉


Pour aller plus loin sur ce film

Sources

(1) D’après le site Allociné.
(2) Voir la définition de « tampon » sur le Trésor de la Langue Française Informatisé (TLFI).
Image Image du film sur le site de Fox France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s